bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5 bandeau 6 bandeau 7 bandeau 8 bandeau 9 bandeau 10 bandeau 11 bandeau 12 bandeau 13 bandeau 14

Mairie de Farges

Plus penser que dire pour parvenir

Vous êtes ici : Accueil > Le Village > Histoires > Histoire locale

Histoire locale

Histoire locale
Farges : nom reconnu depuis 1337.
Lieu où l’on produisait ou forgeait le fer.
La Société des naturaliste et Archéologues de l’Ain conserve dans ses collections une hache-marteau trouvée au château de Farges. Cet outil avec la « Pierre à Baptiste » (pierre à cupules) témoignent d’une présence humaine dans la commune dès le Néolithique.
Farges devrait son origine à un établissement de transformation du minerai de fer.
Vers l’An Mil, une motte féodale s’élevait à Asserans. Elle contrôlait l’ancienne voie médiane qui reliait le passage de l’Ecluse à Genève, et était le chef-lieu d’une seigneurie indépendante.
Au cours du XIIè siècle, le prieuré de Nantua hérita de la seigneurie d’Asserans. Les moines fondèrent l’église et la paroisse d’Asserans qui regroupait les villages de Farges, Airans, Pierre, Ecorans et Collonges et structurèrent les paroisses voisines de Challex et de Pougny.
Les guerres de religions, à la fin du XVIè siècle ruinèrent le village et les bâtiments du prieuré. En 1558 Farges et ses hameaux furent inclus dans la paroisse protestante de Collonges. En 1601, Farges était une paroisse à part entière et incluait Péron. Le temple fut démoli le 2 décembre 1662.
Henri IV rétablit la paroisse catholique de Farges et d’Asserans en octobre 1601. Supprimée à la révolution, la paroisse catholique fut rétablie le 28 Août 1808.
Il existait une seigneurie à Farges. Dans la première moitié du XVè siècle, Lambert et Etienne de Ville dit Dorier achetèrent des hommes et des terres à Farges. En octobre 1453, ils reconnaissent tenir en fief du duc de Savoie une maison forte qui est proche du chemin public passant par le village. Au début du XVIè siècle, Barthélémy de Carra acheta la seigneurie. Sa fille Georgine épousa en seconde noce Mathieu de Gribaldi.

Maison forte

En 1583, les descendants de Gribaldi se partagent l’héritage paternel puis en 1742, Joseph de Gribaldi vendit à Claude de Bons ses biens à Farges.
A la fin du XVIIIè siècle, la famille de Bons abandonna la vieille maison forte pour construire à la sortie du village, une nouvelle demeure.
Le comte Lapeyrouse et son épouse achètent le domaine en 1853. La comtesse Napoléone de Montholon, filleule de Napoléon, reconstitue dans le château, près de son boudoir, une chambre dite de l’Empereur, meublée des souvenirs de son parrain, notamment un grand lit surmonté d’une couronne en cuivre et d’un aigle en bois doré garni de rideaux et de dentelles.

Château de Farges

Puis, le château est vendu en 1891 au docteur Doleris de Paris.
Occupé par les allemands pendant la guerre, il sera revendu à un privé en 1955.

Source : richesses touristiques et archéologiques du canton de Collonges