bandeau 1 bandeau 2 bandeau 3 bandeau 4 bandeau 5 bandeau 6 bandeau 7 bandeau 8 bandeau 9 bandeau 10 bandeau 11 bandeau 12 bandeau 13 bandeau 14

Mairie de Farges

Plus penser que dire pour parvenir

Vous êtes ici : Accueil > Le Village > Histoires > Personnages célèbres

Personnages célèbres

Mathieu Gribaldi

Matteo Gribaldi Moffa, plus connu en France et en Suisse sous le nom de Mathieu Gribaldi, est un jurisconsulte et réformateur protestant né vers 1506 à Chieri (Piémont, Italie) et mort en 1564 à Farges .
Matteo Gribaldi est né vers 1506 à Chieri (en français Quiers), ville du Piémont qui appartenait alors au duché de Savoie. Juriste de formation, il enseigne le droit à Pise et à Pérouse1.
En 1534, il épouse Georgine Carra (ou Carrat), dame de Farges, dans le pays de Gex alors incorporé au duché de Savoie ; il est alors investi châtelain de ce fief. En 1536 les Bernois s’emparent de la contrée qu’ils convertissent au protestantisme.
Gribaldi séjourne l’été à Farges, où il retrouve son épouse qui lui donnera sept enfants. Durant le reste de l’année il enseigne le droit dans différentes universités : Toulouse, Cahors, Valence puis Grenoble. Il retrouve l’Italie lorsqu’il enseigne à Padoue de 1545 à 1548. En 1554, il publie une défense de Michel Servet, le théologien espagnol condamné l’année précédente au bûcher par la Genève calviniste. En 1555 il enseigne à l’université de Tübingen en Allemagne3.
En 1556, Gribaldi vend la terre de Pougny, qui dépendait de son fief, à un gonfalonier vénitien qui désirait embrasser la religion réformée, François Micheli. En 1557, le gouverneur bernois le soupçonne de propager ses doctrines dans le baillage de Gex, et l’emprisonne. Mathieu signe une confession de foi et obtient de pouvoir se retirer à Farges.
Gribaldi décède au mois de septembre 1564 en son château de Farges, victime d’une épidémie de peste. Seuls trois enfants survivent à cette épidémie, une fille, Marie, et deux fils, Pompée et Jean-Antoine, lesquels deviendront conseigneurs de Farges en 1601 après le rattachement du pays de Gex au royaume de France.

Napoléone de Montholon

Père : Charles-Tristan de Montholon-Sémonville
Mère : Albine de Vassal
Napoléone née le 18 juin 1816, filleule de Louis Napoléon Bonaparte, (supposée fille de l’Empereur), épouse en 1837 le vicomte Charles-Raoul de Couédic de Kergoualer qui lui donne 3 enfants, puis décède en 1844.
Napoléone se remarie en 1846 avec le comte Léonard- Léonce de Bonfils de Lablénie de Lapeyrouse et lui assure sa descendance avec 7 enfants.
En 1851 le comte Lapeyrouse est muté à Besançon. Napoléone à la recherche d’une demeure de campagne, découvre Farges et y acquiert en 1853 une grosse maison datant du XIVè siècleà laquelle elle va donner l’allure d’un petit château. Le comte et la comtesse vivent 35 ans à Farges où leur dernier fils naît en 1860, et y célèbrent les mariages de 2 enfants.
A Farges, comme à Besançon, le caractère affirmé de Napoléone est bien connu. Elle mène tout son petit monde d’une main de fer tout en sachant faire preuve de gentillesse. Mais le couple est très apprécié de la population.
Napoléone quitte Farges en 1888 pour le midi, afin de se rapprocher de ses enfants. Elle décèdera en 1907 à Aix en Provence.

Napoléone de Montholon

Pierre Malfant

Pierre Malfant dit Paul Vallès, est né à Digne en 1864. Directeur des Théâtres de la Scala et de l’Eldorado à Paris, à la fin du XIXè siècle et au début du XXè siècle, il a dirigé auparavant des théâtres de province à Lyon, Grenoble, et Dijon. Les grands acteurs du moment : Chevalier, Polin, Gabin, Mistinguette… ont joué dans ses spectacles et revues. Pierre Malfant cependant, fréquente la région épisodiquement. On le rencontre à Pougny en 1907 où il épouse sa première femme. Après la première guerre mondiale, il vient habiter à Farges. Il est élu maire de la commune en 1924. Actif est novateur, il crée un syndicat agricole de battage, construit des douches à l’école, fonde une cantine scolaire, fait construire les réseaux d’eau potable et la route du col du Sac. Il use de ses relations au profit de sa commune d’adoption. Il meurt à Farges le 31 mai 1941.

Pierre Malfant